leur


leur

1. leur [ lɶr ] pron. pers. inv.
XIe; lat. illorum « d'eux », génitif plur. de ille
Pronom personnel complément d'objet indirect de la troisième personne du pluriel des deux genres : à eux, à elles. Les services que nous leur rendons. Je le leur dirai. Nous leur en donnerons. C'est pour leur être agréable. ⊗ HOM. Leurre. leur 2. leur [ lɶr ] adj. poss. et pron. poss.
XI e; de 1. leur
1Adjectif possessif de la 3e personne des deux genres se rapportant à plusieurs possesseurs. Qui est (sont) à eux, à elles. Les parents et leurs enfants. Les arbres perdent leurs feuilles. Elles ont mis leur chapeau, leurs chapeaux. C'est leur droit.
2 Pron. poss. (XIe) LE LEUR, LA LEUR, LES LEURS. Celui, celle (ceux ou celles) qui est (sont) à eux, à elles. Ma fille et la leur vont à l'école ensemble. Faites vous-même votre travail, ils ont assez du leur. Loc. Ils y mettent (I) du leur.
Les leurs : leurs parents, leurs compagnons, ceux qui appartiennent au même groupe social, au même parti. ⇒ sien. « j'étais un des leurs, un familier » (Michelet). Par ext. Des leurs : chez eux, dans leur intimité. J'étais des leurs dimanche dernier à dîner.
3 Attribut (Littér.) « cette richesse qui était leur » (Dutourd).

leur pronom personnel pluriel invariable de la 3e personne (latin illorum, génitif pluriel de ille, celui-ci) À eux, à elles : On leur a donné carte blanche.leur (difficultés) pronom personnel pluriel invariable de la 3e personne (latin illorum, génitif pluriel de ille, celui-ci) Orthographe Leur, pronom personnel, est invariable, à la différence de leur, leurs, adjectif possessif → leur. Emploi Leur sujet d'un infinitif(je leur ai souvent entendu citer ce proverbe). → leleur (homonymes) pronom personnel pluriel invariable de la 3e personne (latin illorum, génitif pluriel de ille, celui-ci) leur adjectif possessif leurre nom masculin leurre forme conjuguée du verbe leurrer leurren forme conjuguée du verbe leurrer leurres forme conjuguée du verbe leurrerleur adjectif possessif de la 3e personne du pluriel D'eux, d'elles ; qui appartient à eux, à elles : Ils ont oublié leurs disques.leur pronom possessif Le leur, la leur, les leurs, équivalent à un nom précédé du possessif de la 3e personne du pluriel : Nos parents ont aussi une maison, mais la leur est en Bretagne. Littéraire. Sans article, comme attribut : Les terres qui étaient leurs. Les leurs, leurs parents, leurs amis, leurs alliés. Être des leurs, un des leurs, appartenir à leur groupe, faire partie de leur groupe. ● leur (difficultés) adjectif possessif de la 3e personne du pluriel Emploi 1. Leur, leurs, adjectif possessif, varie en nombre et accompagne un nom. Il marque l'existence de plusieurs possesseurs, par opposition à son, sa, ses qui indique que le possesseur est unique. 2. Chacun de son côté / chacun de leur côtéchacun. Orthographe 1. Leur toujours au singulier. Leur et le nom auquel il se rapporte sont au singulier quand une seule chose ou un seul être est commun à plusieurs possesseurs : ils avaient du mal à cacher leur joie ; elles ont vu leur frère ; ils ont vendu leur maison. 2. Leur toujours au pluriel. Leur et le nom auquel il se rapporte sont au pluriel quand chacun des possesseurs détient ou possède plusieurs choses ou plusieurs êtres : elles ont coupé leurs cheveux ; en été, les arbres ont toutes leurs feuilles ; les éleveurs ont vendu leurs bêtes un bon prix. 3. Leur au singulier ou au pluriel. Quand chacun des possesseurs détient ou possède une seule chose ou un seul être, leur et le nom auquel il se rapporte sont au singulier si l'on considère séparément chacune des choses ou chacun des êtres détenus ou possédés : les hommes ont leur destin ; tous ces malades soignent leur gorge ; ils sont arrivés grâce à leur intelligence. - Si l'on considère la pluralité des choses ou des êtres détenus ou possédés, leur et le nom auquel il se rapporte sont au pluriel : « Cependant les marchands ont rouvert leurs boutiques »(V. Hugo). ● leur (homonymes) adjectif possessif de la 3e personne du pluriel leur pronom personnel leurre nom masculin leurre forme conjuguée du verbe leurrer leurrent forme conjuguée du verbe leurrer leurres forme conjuguée du verbe leurrer

leur, leurs
adj. et Pron. poss.
d1./d adj. poss. m. et f. de la 3e pers., marquant qu'il y a plusieurs possesseurs. Elles ressemblent à leur père. Ils ont pris leur parapluie (ou leurs parapluies), le parapluie (ou les parapluies) qui leur appartien(nen)t.
d2./d Pron. poss. Le leur, la leur, les leurs: celui, celle, ceux, celles qu'ils, qu'elles ont, possèdent. Nous avons réuni nos amis et les leurs.
Loc. Ils y ont mis du leur, de la bonne volonté.
|| Les leurs: leurs parents, leurs proches, leurs alliés.
Il est des leurs: il appartient à leur groupe. J'étais des leurs pour cette fête: j'étais parmi eux.
————————
leur
Pron. pers. inv. de la 3e pers. du Plur., m. et f., comp. d'attribution, d'objet indir. ou comp. d'adj. équivalant à: à eux, à elles. Je le leur donne. Je leur en ai parlé. Il leur est fidèle. Ne leur parlez pas. (Généralement placé avant le verbe, leur se place après le verbe à l'impératif s'il n'y a pas de négation. Dites-leur de venir.)

I.
⇒LUI1, LEUR1, pron. pers.
Lui signifie « à lui, à elle », leur signifie « à eux, à elles »; pronom personnel de la troisième personne des deux genres, invariable, de forme atone; lui/leur joue le rôle d'un régime indirect et est placé avant le verbe, sauf si celui-ci est à l'impératif positif.
I.— Lui/leur en régime indir. [S'emploie pour remplacer un subst. ou un pron. précédé de la prép. à; renvoie le plus souvent à l'animé]
A.— [Compl. d'obj. indir.]
1. [Compl. d'obj. d'un verbe trans. indir.] Georges est faible, sa mère le domine, il lui obéira (BECQUE, Corbeaux, 1882, III, 12, p. 209). Elles vont, elles vont, celles qui sont amoureuses, et qui sont frères de leur amour, et tous leur sourient et les encouragent (MONTHERL., Pasiphaé, 1936, p. 117) :
1. LE PAPE : (...) Je m'attache cet homme; c'est tout. Et je lui fais confiance. MALATESTA : Vous lui faites confiance, ou vous avez confiance en lui? LE PAPE : Je lui fais confiance.
MONTHERL., Malatesta, 1946, II, 5, pp. 478-479.
2. [Compl. d'obj. indir. d'un verbe à double constr., lui/ leur étant l'obj. second.]
a) [Renvoie à l'animé] Sa femme était aux écoutes... Elle lui demande qui a sonné (GONCOURT, Journal, 1888, p. 856). Avant de les faire cuire, elle leur ôte le gésier (GIONO, Regain, 1930, p. 52). Elle leur a servi le café comme les autres jours (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1462) :
2. Et avec ses outils ses fils hériteront, ses enfants hériteront.
Ce qu'il leur a donné, ce que nul ne pourrait leur ôter.
PÉGUY, Porche Myst., 1911, p. 180.
b) Plus rarement. [Renvoie à l'inanimé; représente alors, de préférence à y, une chose déterminée ou personnifiée, notamment avec des verbes comme comparer, conférer, demander, devoir, donner, préférer, prêter] S'il [le commerce] empêche quelquefois le brigandage ouvert, il lui substitue toujours les tromperies cachées (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p. 162). Il avait eu des arbres pour amies. Il leur devait dix minutes divines (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 24). Ceux qui grossissent ou inventent les nouvelles qui peuvent nous désoler, en se gardant bien de leur donner une apparence de justification (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 22) :
3. ... j'identifie la réalité de mon corps avec ce que mon corps est pour la perception (...). Ces deux modes d'existence sont irréductivement distincts; (...) si on leur sous-tend un contenu, c'est à condition que ce contenu ne soit pas lui-même pensé comme susceptible d'être donné à une conscience dans un rapport immédiat...
G. MARCEL, Journal, 1914, p. 20.
Rem. 1. Le représentant peut ne pas être exprimé lorsqu'il est suffisamment suggéré par le cont. Elle a sauté sur la berge! (...) c'est prodigieux, ce qu'on leur apprend en Suisse (MEILHAC, HALÉVY, Cigale, 1877, II, 7, p. 77). Est-il possible qu'un hameau perdu dans les bois, si loin des villes... Que leur ai-je donc fait? (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1467). 2. Ell. de l'obj. premier. Leur ouvrir (la porte). Ce fut un valet de chambre en habit et en cravate blanche qui leur ouvrit (ZOLA, Page amour, 1878, p. 811). 3. Avec un pron. pers. compl. d'obj. de la 1re ou de la 2e pers., à lui/à elle s'emploie à la place de lui, à eux/à elles à la place de leur. Donne-toi à eux, à elles. 4. Lui + y ne se rencontre pas, leur + y est rare. Les seuls à ignorer le gala déclaré, et le rôle que Son Altesse leur y destinait (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 131). 5. Lui/leur s'emploie a) avec des choses personnifiées. Tu penses que je vais lui dire vous, à cette oreille? (GIRAUDOUX, Ondine, 1939, I, 2, p. 28). b) lorsque les choses présentent aux yeux du locuteur un intérêt tout particulier. Le fait qu'elle [la maison] contenait un homme mort lui conférait un intérêt momentané (RÉGNIER, Divertiss. provinc., 1925, p. 218).
En partic. [Compl. d'un verbe de perception ou de jugement] Je lui trouve mauvaise mine. Elle éclata d'un rire involontaire, en lui voyant une bosse au front (ZOLA, Nana, 1880, p. 1460). On ne leur connaissait point d'ennemis, ils n'avaient pas été volés (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Parricide, 1884, p. 474) :
4. On me dit que je suis trop optimiste par rapport aux femmes, que je les trouve toutes jolies, ou du moins que je leur trouve à toutes quelque chose de joli.
TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 9.
Plus rarement. [Renvoie à une chose déterminée ou personnifiée] :
5. ... malgré la rigidité de son architecture [d'un bâtiment], malgré la buée morne et fantastique dont il était enveloppé, je lui reconnus, tout de suite, un certain air d'hospitalité cordiale...
VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 158.
3. [Compl. indir. d'un verbe en constr. impers.] Il lui vient une idée, une idée leur vient; il lui faut..., il lui arrive de..., il lui échappe..., lui semble-t-il. Il leur est arrivé un malheur (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 807). Si elle revient, c'est qu'il lui manque quelque chose, sinon elle serait restée sur place (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 259).
B.— [Compl. d'une constr. attributive]
1. [L'attribut est un adj.] Tout leur est bon. Elle avait prononcé ce nom comme s'il lui avait été très familier (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 324) :
6. Le froid de la nuit les faisait s'étreindre davantage; les soupirs de leurs lèvres leur semblaient plus forts; leurs yeux, qu'ils entrevoyaient à peine, leur paraissaient plus grands...
FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 5.
Rem. Passif d'un verbe à double constr. Tout leur est dû. Cette salle leur était exclusivement réservée (GIDE, Journal, 1943, p. 206).
2. Littér. [L'attribut est un subst.] Ce lui est une joie, un plaisir, un supplice de + inf. Quitter une heure Giulia, lui semblait comme un amer poison (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 226). Il prononçait avec une émotion touchante le nom de cette enfant qui ne lui était rien, mais qu'il s'était pris à aimer comme sa fille (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 477). De la mort, elle n'a d'ailleurs nul souci. Elle lui paraît une chose de l'enfance, un conte de fées (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1478) :
7. Certains entretiennent positivement leur maladie, bien qu'à leur insu, parce qu'elle leur est un moyen de faire sensation, ou de soumettre autrui à leur service.
MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 222.
Rem. Très fam. ou région, avec valeur de poss. Il lui est parent. Il est son parent. Le meunier Martin, qui lui était petit-cousin (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 42).
C.— [Compl. d'intérêt, « datif éthique » (intérêt pris à l'action par la pers. qui parle); lui/leur = « pour lui, pour elle/ pour eux, pour elles »] La cantinière s'agitait devant lui (...). On ne faisait que tuer autour d'elle, et on n'avait encore tué personne pour elle. Elle voulait qu'on lui fusillât quelqu'un, à la fin (A. FRANCE, Servien, 1882, p. 246). Elles ne voulaient pas le laisser partir sans qu'il prît quelque chose de chaud. Autrement, il leur rentrerait malade (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1388).
D.— [Jouant le rôle d'un poss.]
1. [Devant un subst. désignant une partie du corps ou du vêtement, ou une faculté de l'âme] Lui/leur serrer la main, lui tirer la manche. Elles avaient de jolis chapeaux à brides. Une plume blanche leur traînait dans le cou, à toutes les trois (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p. 74). Elle aspire avec délices le vent glacé qui lui rafraîchit les idées (PONGE, Parti pris, 1942, p. 9) :
8. Quand elle l'aperçut, elle lui sauta au cou; et ce fut comme s'il lui enfonçait un couteau dans le cœur, lorsqu'il lui dit sa volonté de ne plus la voir.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1371.
SYNT. Un frisson lui/leur parcourt le corps; un doute lui/leur effleure l'esprit; personne ne lui arrive à la cheville; lui/leur tourner le dos, tirer la langue, fendre la poitrine/le crâne, taper sur la tête, arracher le cœur, tendre les bras, serrer le cœur, secouer les entrailles, traverser les os, fermer la bouche; qqc. lui/leur monte aux lèvres, lui/leur tourne la tête; tout ce qui lui/leur tombe sous la main, lui/leur passe par la tête, lui/leur tient à cœur.
[La partie du corps est en position de suj.] La jambe lui fait mal; la tête lui/leur tourne. Ils regardent, une fois là, et ils respirent. Et le cœur leur bat joyeusement (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 572).
2. [Avec un substantif désignant une affection physique ou une émotion, notamment avec les verbes venir, prendre, saisir] Il lui vient une envie, une envie lui vient; il lui prend un frisson; la fièvre lui a pris; blessure qui lui/leur arrache des cris de douleur. Un baromètre « système Gay-Lussac » pour des expériences de physique, si la fantaisie leur en prenait (FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 15). Il lui montait du fond de l'âme un de ces petits mouvements de joie qui animait ses fatigues domestiques (BACHELARD, Poét. espace, 1957, p. 74) :
9. Un élancement, une morsure térébrante lui venait du tréfonds de la forteresse, éveillée, ébranlée maintenant du matin au soir par des bottes lourdes.
GRACQ, Syrtes, 1951, p. 132.
II.— Lui/leur en fonction de régime dir. [Comme var. combinatoire de le/la/les en constr. factitive, compl. d'obj. d'un verbe princ. « sujet » d'une prop. inf. dont le verbe a un compl. d'obj. dir. (ou plus rarement un compl. d'obj. indir.)]
A.— [La prop. inf. est régie par l'auxil. factitif faire] V. faire D 2 b et 3 c; v. aussi faire3 D et les pron. pers. le/la/les. Faites-lui/leur, faites-le/la/les recommencer le travail. Ils avaient avec eux un troisième compagnon, bien connu de moi, qui sans doute leur avait fait faire connaissance (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 205). Cette dame ne reviendra pas. Je lui ai fait descendre mon escalier plus vite qu'elle ne l'avait monté (BECQUE, Corbeaux, 1882, II, 9, p. 140).
Loc. verb. Je ne le lui fais pas dire. Il a dit cela spontanément.
Rem. 1. Dans la loc. je lui fais écrire une lettre, lui peut être interprété comme suj. de l'inf. : « il écrit » ou comme compl. d'attribution ou de destination : « il reçoit la lettre ». Elle lui fit récrire qu'elle ne lui demanderait jamais rien (RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, 1796, p. 118). 2. D'apr. Logos, quand l'inf. est suivi d'un compl. d'obj. dir., on emploie lui/leur et non pas le/la/les; quand l'inf. est suivi d'un compl. d'obj. indir., on emploie lui/leur plus fréq. que le/la/les. Cela le/lui fait penser à.
B.— [La prop. inf. est régie par l'auxil. laisser ou par un verbe de perception comme voir, entendre, sentir] Je lui ai laissé lire cette lettre; je la lui ai laissé lire; je lui ai entendu dire cela. Ces gens-là (...) jouaient un jeu d'enfer (...) je ne revenais pas de leur voir mener un pareil train (VIDOCQ, Mém., t. 1, 1828-29, p. 68). Je lui laisse croire que c'est à son voisin que je parle (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 56) :
10. Il les a laissés s'accrocher à lui et le déchirer; ils lui ont égratigné le visage et mis ses vêtements en lambeaux, parce qu'il refusait de leur laisser conduire la chaloupe, à eux qui étaient ivres.
LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 154.
Rem. 1. Avec lui/leur, laisser signifie « abandonner à quelqu'un le soin de » tandis qu'avec le/la/les, il sert à marquer qu'on ne s'oppose pas à l'acte de quelqu'un (d'apr. BRUNOT Pensée 1953). V. ex. 10. 2. Dans la prop. inf. où le suj. n'est pas exprimé, lui peut être interprété comme suj. Il lui faut. Il faut qu'il. 3. Lui/leur est toujours postposé au verbe à l'impér. positif, et précédé d'un trait d'union. Dites-lui que... Parlez-leur de Dieu, plus encore par vos actes que par vos discours (SAINT-MARTIN, Homme désir, 1790, p. 196). Dites-leur qu'ils sont beaux! Agnès : Leur dire qu'ils sont beaux, intelligents, sensibles? (GIRAUDOUX, Apollon, 1942, 2, p. 23). 4. Lui/leur est toujours postposé au pron. pers. atone compl. d'obj. dir. le/la/les. Dites-le-lui; je le leur dirai. Les conduire jusqu'à cette porte et la leur ouvrir (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 20). On ne lui en donne pas les moyens. — Non, on ne les lui donne pas (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 252). 5. Pour l'ell. pop. de le/la/les (je leur dirai pour je le leur dirai), v. le/la/les. pron. pers. 6. Lui/leur est toujours antéposé à en. Je lui en parlerai; je leur en ai donné; donnez-lui-en. Imposez-leur-en par un ton sérieux (LAMENNAIS, Lettres Cottu, 1820, p. 79). Il lui en coûte d'être obligé de choisir entre tant de pages qui l'ont également ravi (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 45). 7. Lui/ leur, dans des constr. de la lang. littér., peut être antéposé aux auxil. tels que falloir, pouvoir... Tina, avec espièglerie, lui venait passer ses bras au cou (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 82). Je sais bien que la logique des actes et leur rapport avec les caractères sont assez difficiles à établir rigoureusement, que la vraisemblance morale est chose un peu indéterminée et variable et qu'il lui faut laisser du jeu (LEMAITRE, op. cit., p. 348). 8. Lui/leur peut être employé, comme pléonasme admis par l'usage, en corrél. avec un adj. poss. le renforçant. Voir GREV. 1975, § 427 a rem. Prends l'éloquence et tords-lui son cou! (VERLAINE, Œuvres compl., t. 1, Jadis, 1884. p. 327). Et ses trente servantes Lui peignent ses cheveux (MORÉAS, Cantil., 1886, p. 150). Si on pouvait leur arracher leur âme et la mettre en soi à la place de la sienne! (MONTHERL., Malatesta, 1946, IV, 7, p. 520). 9. Lui/ leur s'emploie dans les tournures fam. pour remplacer le pron. tonique. Leur tomber dessus (pour tomber sur eux), lui courir après (pour courir après lui). L'embuscade d'un monsieur, caché dans les pages de son journal, qui guette, pour leur tirer dessus avec une hausse repérée, ses amis, ses rivaux, ses ennemis (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 8). Toujours à crier, à faire le chien de garde, à leur tourner autour avec des lainages pour qu'elles ne prennent pas froid (ANOUILH, Antig., 1946, p. 141).
Prononc. :[], []. Dans les ex. suiv., sous des notat. non orth., liaison impropre et forme tronquée, sans r : vous devez leur z'en vouloir (VIDOCQ, Mém., t. 1, 1828-29, p. 221), on leurzy fait tonneur [honneur] (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 33), à côté d'leux femmes (LECLERCQ, Prov. dram., Savet. et financ., 1835, 2, p. 210), je leux y dirai (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 350). Étymol. et Hist. LUI. I. Pron. pers. de la 3e pers. masc. sing. tonique. A. Cas régime 1. ca 881 à la place du pron. réfl. pour renvoyer au suj. de la prop. (Ste Eulalie, éd. HENRY Chrestomathie, 28 : ... et a lui nos laist venir [Christus]); cf. ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 2382 : Mais lui meïsme ne volt mettre en ubli); 2. ca 881 après une prép. (Ste Eulalie, éd. citée, loc. cit.); fin Xe s. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 211 : De lui [Jesus] long temps mult a audit [Herodes]); mil. XIe s. (St Alexis, éd. Chr. Storey, 535 : Par lui [St Alexis] avrum, se Deu plaist, bone aiude); 1174-76 terme d'appel déterminé par une prop. rel. (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 1733 : Deus est en lui, fait il, ki aime verité); 3. fonction de pron. régime dir. atone [= le] a) 2e moitié Xe s. le pron. est séparé du verbe qu'il précède; v. note de l'éd. (St Léger, éd. J. Linskill, 12 : Que [Ewruins] lui a grand torment occist); b) fin Xe s. le pron. est placé en fin de prop. (Passion. éd. citée, 354 : La soa madre virgo fu Et sen peched si portet lui); c) ca 1100 en coordination avec un pron. [ou un nom] (Roland, éd. citée. 380 : Mult grant mal funt e cil duc e cil cunte A lur seignur, ki tel cunseill li dunent : Lui e altrui travaillent e cunfundent). B. Fonction de suj. a) 1160-74 en coordination (WACE, Rou, éd. J. Holden, App., 420); b) ca 1393 en prop. ell. (Ménagier, II, 289 ds T.-L. : qu'ils le voient [l'oiseau dressé à la chasse, en parlant des chiens] et luy eulx). II. Remplace le pron. pers. atone masc. correspondant, cas régime indir., li [Li : 842 (Serments, éd. HENRY Chrestomathie, 22, p. 2 : in nulla aiudha contra Lodhuuuig nun li [Karlo] iu er); 1re moitié Xe s. (Jonas, éd. G. de Poerck, 146; 149 : por qe Deus cel edre li donat a sun souev : 2e moitié Xe s. (Jonas, éd. G. de Poerck, 146; 149 : por qe Deus cel edre li donat a sun souev); 2e moitié Xe s. (St Léger, éd. citée, 46 : Sa gratia li perdonat)] 1. 1re moitié Xe s. après une conj. (Jonas, éd. citée, 218 : e tels eleemosynas ent possumus facere qe lui ent possumus placere); mil. XIe s. (St. Alexis, éd. citée, 65 : Mais lui est tart quet il s'en seit turnet); 2. 2e moitié Xe s. par recherche d'expressivité (St Léger, éd. citée, 20 : Didun, l'ebisque de Peitieus, Lui l comandat ciel reis Lothiers); mil. XIe s. id. (St Alexis, éd. citée, 373 : Lui le consent ki de Rome esteit pape), cf. G. MOIGNET, Gramm. a. fr., p. 134; 3. fin Xe s. au début d'une prop., spéc. d'une indép. interr. (Passion, éd. citée, 497 : Lui [Satanas] que aiude?); 4. mil. XIe s. devant un inf. régi par une prép. (St Alexis, éd. citée, 383 : E que l'imagine Deus fist pur lui parler); 5. ca 1100 régime des verbes unipersonnels (Roland, éd. citée, 519 : ... se lui plaist). À partir du XIIIe s., lui remplace de plus en plus souvent, et dans tous les emplois. li masc. atone et finit par le supplanter en m. fr. (G. MOIGNET, op. cit., p. 39; F. DE LA CHAUSSÉE, Morphol. hist. a. fr., § 62). III. Remplace le pron. pers. fém. atone, cas régime indir., li [LI : ca 881 (Ste Eulalie, éd. citée, 13 : Il li enortet... Qued elle fuiet lo nom christiien); mil. XIe s. (St Alexis, éd. citée, 63; 64; 71 : Quant sa raison li [sa spuse] a tute mustrethe)] 1318-22 lui (Renart le Contrefait, éd. H. Lemaître et G. Raynaud, 1re branche, 1762 : De jour le tient comme sa femme, et de nuit lui [à Cardionet] fait tel diffame). LEUR. Pron. pers. de la 3e pers. du plur., masc. et fém., atone, cas régime indir. 1re moitié Xe s. (Jonas, éd. G. de Poerck, 125 : lor peccatum lor dimisit). Lui est issu d'un lat. vulg. (TLL signale une forme illui, peu sûre, s.v. ille, 341, 10), réfection de illi, datif sing. du dém. lat. ille (v. il et le art. déf. d'apr. , datif sing. du rel. qui, v. qui; [] ne portant pas l'accent sur la 1re syll. a subi l'aphérèse, fait prob. ant. à 271, le corresp. roum. étant lui (F. DE LA CHAUSSÉE, op. cit., § 53). L'a. fr. li pron. atone masc. et fém. régime indir. est issu, avec aphérèse, de illi, datif sing. de ille [cf. le pron. roum. corresp. li]; v. aussi VÄÄN., § 276. Leur est issu du lat. illorum, v. leur3. Bbg. V. lui2.
II.
⇒LEUR2, LEURS, adj. poss.
Adjectif possessif de la troisième personne, des deux genres, singulier (leur) ou pluriel (leurs), indiquant qu'il y a plusieurs possesseurs, par opposition à son, sa, ses.
I. — Adj. épithète
A. — Valeurs sém.
1. Relation possessive
a) [Rapport de possession, d'appartenance, de parenté; les possesseurs sont des être animés, le plus souvent des pers. du sexe masc. ou fém.] Qui appartient à eux, à elles; qui est/sont d'eux, d'elles.
Au sing. [Un seul objet ou être possédé] Ils partageraient leur temps entre la rédaction de leur livre, le jardinage et la peinture murale (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 212).
Au plur. [Plusieurs objets ou êtres possédés] Un de ces garçons à grosse tête qui passent leurs récréations à rêver dans un coin (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 27) :
1. Ils oublient tout, tout au monde, leur maison, leur famille, leurs enfants, leurs affaires, leurs soucis pour regarder dans les remous ce petit flotteur qui bouge.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Jour de fête, 1886, p. 1055.
b) Plus rare. [Relation plus lâche : le possessif remplace tout syntagme nom. introduit par de; les possesseurs sont des choses concr. ou abstr. (p. oppos. à en, il s'agit de choses personnifiées ou de choses déterminées et individuelles, ou bien on veut éviter une équivoque)]
Au sing. Vous verrez en entrant, à la sérénité des visages ou à leur altération, l'état des choses (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1650). Des bois de pins qui envoient jusqu'à nous leur bonne senteur résineuse (DU CAMP, Hollande, 1859, p. 3). Un pot d'eau, dans lequel il jetait des citrons avec leur écorce (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 238).
Au plur. Des hôtels en construction dressaient leurs échafaudages sous le ciel noir (ZOLA, Nana, 1880, p. 1374). Ces quelques lettres la touchèrent même si vivement qu'elle les conserva. On a retrouvé leurs cendres dans la cheminée de sa chambre (BOURGET, Disciple, 1889, p. 170). Exiger qu'on pousse à leurs dernières conséquences les hérésies qui les avaient détrônés (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 521).
Rem. ,,Le possessif en relation avec un nom de chose tend à gagner du terrain; de bons écrivains l'ont employé, pour rendre, consciemment ou non, la présentation moins abstraite, plus expressive`` (DAUZAT, Gramm. raisonné de la lang. fr., p. 275 ds THOMAS 1956 et ds DUPRÉ 1972).
c) [Placé devant un adj. au comparatif, sert à former un superl. relatif] Leur meilleur ami; leurs plus chers désirs; leurs plus beaux habits. Ses deux fils aînés, laissant le deuil sous la conduite de Philippe, leur plus jeune frère (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 345). Mais qu'ils sont rares les hommes qui du plaisir d'observer se font leur plus chère étude! (BONSTETTEN, Homme Midi, 1824, p. IV) :
2. ... à l'instigation de Fébriano il retint Chactas au fort Rosalie. « Plus ce vieillard est renommé, dit le commandant, plus il est utile de priver les rebelles de leur meilleur guide... »
CHATEAUBR., Natchez, 1826, p. 261.
2. Valeurs hypocoristiques (les possesseurs étant des pers.). [Outre les rapports de parenté, d'appartenance, de possession, leur/leurs peut exprimer divers rapports de connexité]
a) [Une valeur d'affection, d'intérêt, de sympathie] Ces diables d'affections des voies respiratoires vous avilissent leur homme (MÉRIMÉE, Lettres Viollet-le-Duc, 1869, p. 163). Deux guides (...), chaque matin, venaient voir si leur monsieur était disposé (A. DAUDET, Tartarin Alpes, 1885, p. 143) :
3. Ces explications étaient évidemment destinées au public. M. Kahn et Du Poizat, qui connaissaient leur Rougon, tâchèrent par des phrases habiles de savoir la vérité vraie.
ZOLA, E. Rougon, 1876, pp. 43-44.
b) [Une valeur péj. de mépris, de dédain, souvent en corrélation avec un adj. dém. péj.; peut renvoyer à un représentant plur. sous-entendu dans le discours] C'est à se casser la tête. Au diable leur noce! Je n'ai pas fermé l'œil de la nuit (MUSSET, Lorenzaccio, 1834, I, 2, p. 87). Qu'est-ce qu'ils me chantent donc avec leur Orient? (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 66) :
4. Nous dînerons ensemble. Nous nous amuserons chez toi (...). Tous ces restaurateurs, avec leurs coulis, leurs sauces, leurs vins, empoisonneraient le diable.
BALZAC, Gobseck, 1830, p. 415.
c) [Une valeur d'habitude ou une circonstance occasionnelle] Elles ont leur migraine; ils sont éloquents à leurs heures; ils prennent leur café. Un vieux compte resté en litige depuis leurs années de Saumur (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 3e part., 2, p. 226) :
5. Les femmes se levèrent, jetèrent un manteau sur leurs épaules nues, se secouèrent toutes frissonnantes et suivies par les hommes qui interrompaient leur pipe ou leur partie de bézigue...
HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 14.
B. — Valeur collective et valeur distributive
1. Valeur collective. [Un groupe de possesseurs est globalement déclaré posséder]
a) [un seul être ou objet] Ils [un père de famille et sa femme] aiment leur enfant. Nous trouvâmes les deux sœurs, qui reçurent leur ancienne élève avec transport (RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, 1796, p. 84) :
6. ... ils posséderaient un domicile à eux! — et ils mangeraient les poules de leur basse-cour, les légumes de leur jardin...
FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 14.
b) [plusieurs êtres ou objets] Ils [un père de famille et sa femme] aiment leurs enfants. Ils introduisent des baladins dans leurs grands festins (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 297). Les convives (...) voulurent reprendre leurs plaisanteries (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1316). Quand elles [les grandes personnes] me prenaient dans leurs bras, il ne me déplaisait pas d'avoir un léger dégoût à surmonter (SARTRE, Mots, 1964, p. 63).
2. Valeur distributive. [Chacun des possesseurs est déclaré en ce qui le concerne posséder]
a) [un être ou un objet] Ils [deux pères de famille] aiment leur/leurs enfant(s) (chacun aime son enfant; sing. et plur. également possibles).
Au sing. Dans les poches des petites filles, on trouve tout, excepté leur mouchoir (DUMAS fils, Ami femmes, 1864, I, 4, p. 60). Des jeunes femmes (...), recueillies dans la joie de revoir leur fiancé ou leur mari (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 20) :
7. Il traversa la salle de classe vide et glacée. Sur le tableau noir les quatre fleuves de France, dessinés avec quatre craies de couleurs différentes, couraient vers leur estuaire depuis trois jours.
CAMUS, Exil et Roy., 1957, p. 1609.
Au plur. Malgré tout, ils les aiment bien, leurs mères! (LOTI, Mon frère Yves, 1883p. 15). Ils enfourchèrent leurs bicyclettes (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 229) :
8. ... elles étaient chez elles. Leurs visages blanchis, tachés du rouge des lèvres et du noir des paupières, prenaient dans l'ombre le charme troublant d'un Orient de bazar à treize sous...
ZOLA, Nana, 1880, p. 1312.
b) [plusieurs êtres ou objets] Ils aiment leurs enfants (chacun des deux pères de famille aime ses enfants). L'illustre inventeur fait une remise aux journaux qui voudront l'offrir en prime à leurs abonnés (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 236).
Rem. Le plur. s'emploie aussi pour souligner une idée de réciprocité, d'échange ou de compar., de jonction. Ils ont échangé leurs coiffures; leurs regards se croisèrent.
3. [Dans la lang. écrite, le poss. peut être énoncé avant le possesseur] Dans tous leurs écrits, nos auteurs font l'éloge de la nature (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 134). Il entendait rouler sur leur tringle les anneaux de fer des lits (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 13).
4. [Leur peut être renforcé]
a) [par seul, par propre (sens réfl.)] Ceux qui s'y pencheront retrouveront leur propre image dans cette eau profonde et triste (HUGO, Contempl., t. 1, 1856, p. 5).
b) [par un compl. précisant l'identité ou le nombre, à eux, à tous] Cela lui coûtait de renoncer à elle; mais il sacrifiait sa passion à leur bonheur à tous deux (ZOLA, E. Rougon, 1876, p. 124). Leur affaire était bonne, à tous deux! (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 2e part., 10, p. 210).
5. [Employé avec chacun] Chacun de son côté/de leur côté (v. chacun I A 3 a).
6. [Leur/leurs est]
a) [répété]
[Devant des subst. coordonnés ou juxtaposés] Leurs enfants, leurs cousins. Le sang des enfants torturés tranquillement par leur papa et leur maman (PRÉVERT, Paroles, 1946, p. 120).
[Devant des adj. se rapportant à des subst. qui désignent des êtres constituant des catégories différentes] Leurs grands et leurs petits enfants. [Devant des adj. exprimant des qualités incompatibles entre elles (de sens opposé)] Leurs bons et leurs mauvais côtés.
b) [non répété]
[Devant des subst.]
♦ [Subst. sing. formant groupe, dans des expr. figées] Leurs fils et fille; en leur âme et conscience. La peine (...) peut être demandée (...) contre chacun des cohéritiers pour leur part et portion (Code civil, 1804, art. 1232, p. 221). Il (...) les exhorta à quitter leurs père et mère pour suivre Jésus-Christ (FRANCE, Mir. Gd St Nic., 1909, p. 91).
♦ [Subst. sing. désignant le même personnage] Leur seigneur et maître; leur cousin et ami; leur oncle et parrain; leur tuteur et conseiller. Tous les matins à six heures, la femme millionnaire, une vraie dame, était habillée ainsi que « sa demoiselle », prêtes à aider leur nièce et cousine par alliance (PROUST, Temps retr., 1922, p. 845).
♦ [Subst. plur. formant groupe] Leurs amis et connaissances; leurs faits et gestes; leurs allées et venues; à leurs frais et dépens. La Guillaumette et Croquebol durent décliner leurs noms et qualités (COURTELINE, Train 8 h 47, 2e part., 5, p. 134). Et maintenant pourquoi ont-ils inscrit sur le mur, à leurs risques et périls, ce signe que Dieu leur avait défendu? (CLAUDEL, Soulier, 1929, 2e journée, 13, p. 762).
[Devant des adj. se rapportant au même subst., ou de sens voisin ou exprimant des qualités compatibles entre elles] Leur généreux et cordial accueil. Lire dans la pensée de leur implacable et puissant maître (BOURGET, Disciple, 1889, p. 239).
Rem. Cette règle n'est pas toujours appliquée. La répétition se fait pour des raisons d'euphonie (,,l'oreille décide`` (LITTRÉ)) ou d'insistance : leur généreux, leur cordial accueil.
7. [Le poss. désigne souvent]
a) [le suj. de l'action impliquée dans le subst.] Leur arrivée (le fait qu'ils arrivaient); leur aide nous a été précieuse (le fait qu'ils nous ont aidés).
b) [l'obj. de l'action] Leur expulsion (le fait qu'on les expulse); leur condamnation (le fait qu'on les a condamnés).
II. — Adj. poss. de forme tonique, attribut du suj. ou du compl. d'obj. (littér.). [Après des verbes tels que être, faire, regarder comme] Ici tout est leur; ils considèrent comme leur votre succès; ils regardent cette terre comme leur; ils ont fait leur cette proposition, ils ont fait leurs ces propositions (v. faire1 III C 2 b, mien, tien, sien et aussi nôtre, vôtre).
Être leur. Leur appartenir vraiment, être leur propriété.
Faire leur. S'approprier :
9. La plupart de ceux qui suivirent la semaine de prières aurait fait leur, par exemple, le propos qu'un des fidèles devait tenir devant le docteur Rieux : « De toute façon, ça ne peut pas faire de mal. »
CAMUS, Peste, 1947, p. 1293.
Prononc. et Orth. : []. Homon. leurre. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. leur3. Bbg. ESCHMANN (J.). Die Numerusmarkierung des Substantivs im gesprochenen Französisch. Tübingen, 1976, pp. 76-77. - TILANDER (G.). Un Probl. syntaxique de l'a. fr. je lui donne = je le lui donne. Romania. 1937, t. 63, pp. 31-47. - TOGEBY (K.). Suus et illorum dans les lang. romanes. R. rom. 1968, t. 3, n° 1, pp. 66-71. - WUNDERLI (P.). Strukturen des Possessivums im Afrz. Vox rom. 1977, t. 36, pp. 38-66.
III.
⇒LEUR3, LEURS, pron. poss.
Combiné avec l'article, pronom possessif de la troisième personne (le leur, la leur, les leurs) qui s'emploie lorsqu'il y a plusieurs possesseurs au masculin ou au féminin, que l'être ou la chose possédée soit du masculin ou du féminin; leur prend un s lorsque l'être ou la chose possédée est un substantif au pluriel, soit masculin, soit féminin; l'article se contracte avec les prép. à et de : au leur, aux leurs, du leur, des leurs.
A. — Pron. poss. représentant des subst. plur. précédemment énoncés. Ce, celui, celle/ceux, celles qui est/sont à eux, à elles.
1. Le leur. [L'être ou la chose possédée est au masc. sing. (contracté en au leur, du leur)] Si mon plumage au leur ne ressemble pas bien, J'en suis fâché, mais leur cœur et le mien Ont une grande ressemblance (FLORIAN, Fables, 1792, p. 43). Il voit des hommes heureux de son propre bonheur, comme il l'est du leur (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1882). Maintenant, moi, j'ai fait mon devoir; voyons si les autres feront le leur (MEILHAC, HALÉVY, Froufrou, 1869, III, 10, p. 113).
Chacun le sien/le leur (v. chacun I A 3).
2. La leur. [L'être ou la chose possédée est au fém. sing.] Bicêtre est avec sa femme, Linois et Caffin sont avec la leur, Hotot est avec Félicité, chacun sa chacune (VIDOCQ, Mém., t. 3, 1828-29, p. 194). Mon frère, mon frère, la malédiction de nos enfants est épouvantable; ils peuvent appeler de la nôtre , mais la leur est irrévocable (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 64) :
1. ANNE VERCORS : C'est cela, nous sommes trop heureux. Et les autres pas assez. LA MÈRE : Anne, ce n'est pas de notre faute. ANNE VERCORS : Ce n'est pas de la leur non plus.
CLAUDEL, Annonce, 1948, I, 1, p. 149.
3. Les leurs. [L'être ou la chose possédée est au masc. plur. ou au fém. plur. (contracté en aux leurs, des leurs)] Des ames élevées comme les leurs (BAUDRY DES LOZ., Voy. Louisiane, 1802, p. 298). Nos généraux et nos états-majors ne le cèdent en rien aux leurs (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 636).
B. — Pron. poss. à valeur de subst. (nominal)
1. Les leurs, masc. plur. (plur. de les siens). Leur famille, leurs parents, leurs amis, leurs proches, ceux qui appartiennent au même groupe social, au même parti (par exemple leurs soldats, leurs alliés, leurs compagnons), ceux qui leur sont attachés. Pour eux et pour les leurs; eux et les leurs; c'est un des leurs (cf. mien, tien, sien). La tombe où les proches vont cherchant à petits pas la pierre des leurs parmi les pierres (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 664). Sans doute les de Tanton avaient reçu du roi ces armes étonnantes depuis qu'un des leurs, portant devant le souverain l'écu de France (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 143) :
2. Quant à moi, je resterai en relations après la guerre avec les fermiers chez qui j'ai travaillé pendant quatre ans. Ils m'ont traité comme un des leurs.
AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 196.
P. ext. Des leurs (avec le verbe être). Avec eux, parmi eux, chez eux, dans leur intimité. Être des leurs. Être leur(s) invité(s). Nous serons des leurs dimanche. Finalement, il demanda à Longuemare s'il voulait être des leurs. — Venez, lui dit-il, vous serez le médecin de l'établissement (FRANCE, Jocaste, 1879, p. 155). Je baisais leur main quand je les rencontrais, j'étais des leurs (CAMUS, Exil et Roy., 1957, p. 1588).
2. Loc. verb., fam. Faire des leurs (plur. de faire des siennes (cf. sien); des leurs est subst. fém.). Faire de mauvais tours, de mauvaises plaisanteries ou commettre des maladresses (habituelles ou caractéristiques). Ils/elles ont encore fait des leurs. Causant, riant, faisant des leurs, Les amours suivent sur deux lignes (BÉRANGER, Chans., t. 3, 1829, p. 126).
3. Du leur, masc. sing. à valeur de neutre
a) Vx, rare. Ce qui est à eux, à elles. Qu'ils le gardent ce qu'ils ont, je ne veux rien du leur (Ac. 1878).
En partic. De leur argent ou de leur travail, de leur peine. Elles dépensaient sa maigre pension à sa nourriture [de leur père], à son entretien, en ajoutant beaucoup du leur (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 628). Ceux-là avaient peu reçu et beaucoup dépensé. Ils en étaient du leur et réclamaient leur paiement (FRANCE, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 387).
b) Loc. verb. Y mettre du leur (plur. de y mettre du sien; v. mettre et sien). Donner, payer de leur personne, faire chacun des efforts, y mettre de la bonne volonté; en partic. faire des concessions, se montrer conciliant. Ils y ont mis du leur (Ac. 1935).
Rare. Y mettre des propos de son propre cru. La Pucelle exprime ses propres sentiments. (...) il y a lieu de rechercher si les clercs qui tinrent la plume n'y mirent pas du leur (FRANCE, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 289).
P. anal. [Le suj. désigne une chose] :
3. ... la grandeur d'un politique se mesure assez bien au mépris qu'il marque pour les pauvres mots de chacun. Mais les politiques ne sont pas si malins, ni les braves gens si naïfs : je serais étonné si les mots n'y mettaient pas du leur. Car je vois bien qu'ils me manquent à moi.
PAULHAN, Fleurs Tarbes, 1941, p. 23.
Prononc. et Orth. : []. Homon. leurre. Pas de liaison entre le pron. poss. et un mot suiv. dans ce type de phrase : nos arbres ont grandi, les leurs/un peu moins; j'ai reçu mes livres, les leurs/arriveront demain. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Poss. se référant à la 3e pers. du plur. des 2 genres, cas suj. et cas régime, déterminant un subst. sing. ou plur., v. G. MOIGNET, Gramm. de l'a. fr., Paris, Klincksieck, 1973, p. 114. A. Art. poss. atone 1re moitié Xe s. (Jonas, éd. G. de Poerck, 124 : lor peccatum); 2e moitié Xe s. (St Léger, éd. J. Linskill, 120 : Que s'ent ralgent [St Léger et Ebroïn] in lor honors); id. (ibid., 117 : Vindrent parent e lor amic [de St Léger et d'Ebroïn]); ca 1050 (St Alexis, éd. Chr. Storey, 604 : Lur cumpainie fut bone ed honorethe); forme fléchie ca 1175 lors (Chronique ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 6161 : il tendent lors paveillons). B. Adj. poss. tonique, v. G. MOIGNET, op. cit., pp. 120-121; 1. ca 1050 avec détermination de l'art. déf. (St Alexis, 585 : le lur voil); 2. ca 1100 adj. poss. précédé de l'art. déf. et non suivi de subst., appelé d'ordinaire « pronom possessif » (Roland, éd. J. Bédier, 2941 : L'anme del cors me seit oi departie, Entre les lur aluee e mise); 3. ca 1100 substantivé plur. les lor désignant les hommes d'un groupe, d'une troupe (ibid., 1445); ca 1165 id. sing. le lor désignant le bien, l'avoir (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 6892 ds T.-L.); 4. apr. 1170 fonction d'attribut lor (WACE, Rou, éd. J. Holden, III, 7824). Du lat. illorum, génitif masc. plur. du dém. ille, v. il, le art. déf.; étant donné l'existence du corresp. roum. lor, l'aphérèse subie par la forme [ellór] est prob. antérieure à 271, cf. lui. En lat. vulg. illorum, génitif poss. (qui élimine peu à peu le fém. illarum) tend à remplacer suus : cf. dès PLAUTE, Bacch., 545 : illorum mores; Truc., 159 : et nostram et illorum vicem; v. TLL s.v. ille, 351, 31-43; v. aussi VÄÄN., § 284. Fréq. abs. littér. Leur: 132 363. Leurs : 74 132. Fréq. rel. littér. Leur : XIXe s. : a) 222 213, b) 164 875; XXe s. : a) 176 142, b) 179 030. Leurs : XIXe s. : a) 138 961, b) 105 026; XXe s. : a) 97 998, b) 82 244.

1. leur [lœʀ] pron. pers. invar.
ÉTYM. V. 980, loi; lat. illorum « d'eux ».
Pronom personnel complément d'objet indirect de la troisième personne du pluriel des deux genres; pluriel de lui. → 2. Le (la, les) pron.; lui. À eux, à elles. || Vous leur fîtes beaucoup d'honneur (cit. 68). || Les services que nous leur rendons (→ Attacher, cit. 63). || Je le leur dirai. || Nous leur en donnerons. || Des manteaux qui leur tombent sur les talons. || Demande-leur pardon, trouve quelque chose à leur avouer (→ Fouiller, cit. 31). || Prêtez-la-leur.
1 Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
La Fontaine, Fables, V, 9.
2 On leur a donné les chemises,
Les couvertures qu'il leur faut :
D'autres que vous les leur ont mises,
Elles ne leur tiennent pas chaud.
Sully Prudhomme, Solitudes, I.
REM. 1. Dans les cas d'attribution, leur, représentant des choses, s'emploie comme lui, là où y ne peut être utilisé. → Lui, y.
3 Je voyais de côté les joues d'Albertine qui souvent paraissaient pâles, mais ainsi, étaient arrosées d'un sang clair qui les illuminait, leur donnait ce brillant qu'ont certaines matinées d'hiver (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. V, p. 201.
2. Leur ne recouvre pas tous les emplois de lui sans préposition, mais seulement les emplois suivants : → Lui (I., 1. et 2.).
HOM. 2. Leur, leurre.
————————
2. leur, leurs [lœʀ] adj. et pron. poss.
ÉTYM. Av. 950, lor, lur; de 1. leur.
1 Adjectif possessif de la troisième personne des deux genres se rapportant à plusieurs possesseurs. Qui est (sont) à eux, à elles. || Les parents et leurs enfants. || Les arbres perdent leurs feuilles. || Ils aiment leur métier. || C'est leur faute (cit. 50). || Leur point de vue n'est pas le nôtre. || Ils vont chacun de leur côté, chacun de son côté. || Elles ont mis leur chapeau, leurs chapeaux.
1 Les alouettes font leur nid
Dans les blés, quand ils sont en herbe (…)
La Fontaine, Fables, IV, 22.
2 (…) elle sourit en voyant ses fils, ses deux grands fils, ôter leurs jaquettes et relever sur leurs bras nus les manches de leur chemise.
Maupassant, Pierre et Jean, I.
3 Les lièvres n'ont pas quitté leur gîte (…)
L. Pergaud, De Goupil à Margot, p. 19.
4 Les deux jeunes gens (…) semblaient ainsi, chacun à leur façon, s'incliner devant la sagesse collective.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, I, p. 24.
2 Pron. poss. || Le leur, la leur, les leurs : celui, celle (ceux ou celles) qui est (sont) à eux, à elles. || Ma fille et la leur vont à l'école ensemble. || C'est pour son profit et non pour le leur (→ Gouverner, cit. 28). || Faites vous-même votre travail, ils ont assez du leur. || Ils ont chacun le sien, chacun le leur.
5 Ils faisaient partie d'un monde autre que celui où j'allais entrer désormais. Le leur était le monde du travail et de la puissance.
H. de Régnier, Divers proverbes, p. 41.
6 Ta part de peine est petite auprès de la leur.
Ernest Pérochon, les Gardiennes, p. 23.
Spécialt. || Du leur : de ce qui est à eux, à elles (→ Historien, cit. 1).Ils y mettent du leur. Sien (mettre du sien).
Les leurs : leurs parents, leurs compagnons, ceux qui appartiennent au même groupe social, au même parti… Sien. || Ils vieillirent en paix parmi les leurs. || J'étais un des leurs, un familier (cit. 19).Par ext. Chez eux, dans leur intimité. || Je fus des leurs dimanche dernier à dîner.
7 (…) cet homme, qui n'était pas des leurs, qui ne portait l'estampille d'aucune de leurs écoles, et qui se permettait d'entraîner les foules à sa suite.
Daniel-Rops, Jésus en son temps, V, p. 266.
3 Attribut. (XIIe). Littéraire :
8 Les gens (…) imagineront difficilement la titillation de nos héros devant cette richesse qui était leur (…)
J. Dutourd, Au bon beurre, IV, III, p. 246.
HOM. 1. Leur; leurre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • leur — leur …   Dictionnaire des rimes

  • leur — 1. (leur) 1°   Pronom personnel pluriel des deux genres, qui signifie à eux, à elles. Il se place immédiatement devant le verbe, et se dit principalement des personnes. Il faut compter sur l ingratitude des hommes et ne pas laisser de leur faire… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • leur — pr. pers. atone 3ème p. pl. coi. ou ca. => Lui. adj. poss. 3e p. pl., d eux, d elles : ms./fs. leur dc. (dv.) laa (Aillon Vieux.273, Montagny Bozel.026c.SHB.), lâ(z), lô(z) (026b.SHB.), leu(r) (Aix.017, Albanais.001, Annecy.003b, Balme… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • LEUR — adj. possessif des deux genres Il fait au pluriel Leurs, et signifie, D eux, d elles, qui appartient à eux, à elles. Il est ordinairement relatif Aux personnes. Les enfants doivent du respect à leur père, à leur mère, à leurs parents. Les hommes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • LEUR — Pronom personnel pluriel de la troisième personne des deux genres à eux, à elles. Il s’emploie toujours comme complément d’attribution : Je leur en parlerai; Je le leur ai refusé (à eux, à elles); Ces arbustes vont périr, si on ne leur donne de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • leur — ba·te·leur; cou·leur; rail·leur; tail·leur; bri·co·leur; de·rail·leur; …   English syllables

  • LEUR — Pronom personnel pluriel des deux genres qui signifie, À eux, à elles. Il se place immédiatement devant le verbe, et se dit principalement Des personnes. Il aime ses enfants, il ne leur refuse rien. Les femmes s ennuient seules, il leur faut de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Leur — 51°51′0″N 5°40′8″E / 51.85, 5.66889 …   Wikipédia en Français

  • leur —    , leurs . Ne dites jamais, je leurs ai avoué. Leur devant un verbe ne prend jamais d s . Il en peut prendre seulement, quand il est pronom possessif: leurs enfants; mais non quand il est pronom personnel …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • leur — [lœʀ] (adj.) pluriel : leurs (pron.) …   French Morphology and Phonetics


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.